Universalité et modernité

ARP1jpg
Œuvres de Jean Hans Arp

Le Prix Nathan Katz du patrimoine s’est fixé pour objectif de faire vivre le patrimoine littéraire de l’Alsace.

Non pas le patrimoine d’une région comme les autres : pour le meilleur et pour le pire, l’Alsace a connu durant toute son histoire, mais aussi jusque dans le dernier siècle, un destin absolument spécifique, grand à bien des égards, fort peu enviable sous bien d’autres aspects.

L’histoire et la géographie en ont fait une terre multilingue, au centre d’autant de conflits que de réconciliations, ayant donné naissance du fait des innombrables courants qui s’y sont rencontrés à un patrimoine culturel et en particulier littéraire de première grandeur.

Patrimoine en moyen haut-allemand, en dialecte, en allemand et en français. Patrimoine inconnu à 95% et condamné en grande partie à sombrer s’il n’est pas traduit tant qu’existent des locuteurs capables de comprendre et de restituer ces textes en traduction.

Mais là encore, outre les difficultés qu’a longtemps comportées l’approche de ces textes liés à une histoire malheureuse, la pression croissante vers la marchandisation du livre et la mondialisation de l’édition ne favorisent certes pas le travail à réaliser dans ce domaine.

Faire vivre le patrimoine littéraire de l’Alsace suppose que les œuvres ainsi présentées au lecteur d’aujourd’hui soient effectivement porteuses de sève et riches encore de vie. Ce qui exclut une démarche d’ordre archéologique qui viserait à restituer des œuvres liées à des thèmes et des formes révolus.

Faire vivre le patrimoine littéraire de l’Alsace, ce n’est pas non plus cultiver le particularisme pour le particularisme, mais au contraire faire apparaître en quoi l’Alsace est porteuse d’une grande culture, c’est-à-dire d’une culture authentiquement universelle.

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close