Nathan Katz lu par Aimé Schmitt

Aimé Schmitt

Le comédien Aimé Schmitt, du Théâtre Alsacien d’Helfrantzkirch, lit pour nous des poèmes de Nathan Katz. L’enregistrement a été effectué en septembre 2020 par Jean-Louis Spieser, traducteur de deux de ses plus grandes œuvres, Annele Bathasar et le Galgenstüblein.

L’ensemble de ces poèmes ont été publiés en deux volumes bilingues aux Éditions Arfuyen (L’Œuvre poétique I, Paris-Orbey, avril 2001, et L’Œuvre poétique II, septembre 2003). Nous les remercions de nous avoir autorisés à reproduire ici, pour une meilleure écoute, le texte alsacien de ces poèmes ainsi que certaines traductions.

AM CHILCHOF

Am Chilchhof / Au cimetière (in Œuvre poétique, © Éditions Arfuyen)

I bi am Chilchhof dure hit / Un ha die chalti Stei dert gseh, / Die besi chalti Totestei. / I ha die alti Chritzer gseh, / Wu d’ Wirem drinne nage, / Dert in de Aschtere steh. –

J’ai traversé aujourd’hui le cimetière / et j’y ai vu les pierres glacées, / les pierres mauvaises des morts. / Debout parmi les asters, / j’y ai vu les vieilles croix / que rongent à l’intérieur les vers.

Jà, d’ Zit, si läuft, un d’ Zit vergeht ; / Am Chilchhof warte d’ Gräber scho. – / Die schwäri chalti Totestei / Stehn o n emol üf äiserem Grab ; / Do in dà nass chalt Bode / Wird mr is abeloh. –

Oui, le temps va, le temps s’en va ; / déjà nos tombes attendent au cimetière. / Les lourdes pierres, les pierres glacées des morts / se dresseront un jour aussi sur nos tombes ; / dans cette froide, dans cette humide terre, / ici, on nous fera descendre.

Ching, gschpirsch’s nit, wie n i um di lid / Un wie n i doch so gàrn di ha ! / Scho warte n üf is d’ Totestei. – / Weisch’s, jedi Stung verlore n isch, / Wu mr si nit erfrait het, / E lieb güed Wort het gàh.

Mon enfant, sens-tu pour toi comme je souffre, / sens-tu comme je t’aime ! / Déjà nous attend la pierre des morts. / Sais-tu : c’est une heure perdue / celle qui a été sans joie, / celle qui n’a donné / un mot de bonté, un mot d’amour.

(Traduit par Gérard Pfister)

E LIEDLE AN DR WAGLE

E Liedle an dr Wagle / Berceuse (in Œuvre poétique, © Éditions Arfuyen)

Schlof mi Ching, / Schlof jetz scheen i ! / Schnee ligt dusse jetz, Schnee iber – iberall ; / Ganzi Rudle Wildsäi läufe n im Wall. / Schlof jetz scheen, / Schlof !

Dors mon enfant / Bien doucement. / La neige tombe et couvre tout. / Les sangliers courent par bandes dans les bois. / Dors mon enfant, / Dors.

Alles isch dick un wiss züegschnäit. / Alli aremi Tierle sin so ibel jetze dra : / Wie sie schnattere tien im Wing un chalt tien ha ! /   Schlof jetz scheen, / Schlof !

La neige épaisse couvre tout, / Et les pauvres petites bêtes / Frissonnent dans le vent d’hiver. / Dors mon enfant, / Dors.

Si hai d’ ganzi langi Nacht kä Rüehj, / O, wie si bschtàndig trample n un ummeläufe mien, / Ass ene ihri Beinle nit verfriere tien. / Schlof jetz scheen, / Schlof !

Elles ne peuvent dormir de toute la nuit ; / Elles courent par les bois et frappent la terre / Pour que leurs petites pattes ne gèlent point. / Dors mon enfant, / Dors.

(Traduit par Jean-Paul de Dadelsen)

MR CHÄNNT D’EWIGKEIT VERSTEH

Mr chännt d’ Ewigkeit versteh / On pourrait comprendre l’éternité (in Œuvre poétique, © Éditions Arfuyen)

Mr käie äiser Some in’s Fàll ; /Aber ass er wachst, / Das steht iber äiserer Chraft,

Nous jetons la graine dans les champs ; /Mais qu’elle pousse, / Cela dépasse nos forces.

Das isch’s, wu so unbegriflig isch fir eim: / Das grosse Làbe, / Wu alles wird drin ? / Wu alles dri ine stirbt, / Wu mr emol ganz drin üfgange sin, : Wenn iber äiser Grab dr Luft geht, / Dur d’lebàndigi grieni Häg dure. – /

C’est cela qui pour nous est si incompréhensible : / La puissante vie, / Dans laquelle tout pénètre, / Tout meurt, / Dans laquelle un jour pour de bon nous retournons, / Quand l’air passe sur nos tombes / À travers les vertes haies vives. –

Un doch : mànkmol isch’s, mr chännt d’Ewigkeit versteh, / Mit em Hàrz begriffe : / Wenn me das heimlige Rüsche n als heert in de Gàrte duss.

Et pourtant : c’est comme si parfois on pouvait comprendre l’éternité, / La saisir avec son cœur : / Quand dehors dans les jardins on entend le bruissement secret.

(Traduit par Guillevic)

‘S HÄRBSCHTFIR

‘Härbschtfir / Feux de l’automne (in Œuvre poétique, © Éditions Arfuyen)

So isch dr Härbscht in’s Därfle chu : /Z’erscht het er duss im Wall e Büeche n azunge. / Derno isch’s Fir witergschprunge. – / Bäum noh Bäurn isch in’s Brenne chu.

Derno sin alli Wàlder im Flackere gsi. /s ganze Fàll isch agange, / In einere Chlüet in isch’s gschtange. / Ei gross mäilig Fir isch das gsi !

Das het si dr Rai abegwälzt, ‘s Därfle i. / Das flackerige Guld het iber d’ Hiser gschlage, / Iber e Schiretor, iber e Dilewage, / ‘s het grislet züe alle Faischter i.

Wer weiss, was es no mag gàh ? – / Z’ letscht tien mr no im Därfle verbränne. / Nit emol ass mr meh flichte chänne / Wenn das Härbschtfir so tüet obhand nàh !

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close