Conférences

Mardi 18 mai à 18 h 30
Lecture-concert « À l’ombre d’un tilleul »
avec Vincent Courrier et Jean Lorrain 

Un concert-lecture devait être donné dans le cadre même où Catherine de Gueberschwihr a vécu et écrit son livre : le magnifique cloître du monastère des dominicaines d’Unterlinden, devenu aujourd’hui Musée Unterlinden. En raison de la situation sanitaire, il n’a pas été possible d’organiser cette manifestation dans ce lieu. Elle a donc été captée au Théâtre municipal de Colmar, en partenariat avec le Grillen et ArtsWaves production.

La lecture est donnée par Jean Lorrain, comédien et chanteur. Vincent Courrier, flûtiste et professeur de flûte ancienne, dialogue avec les textes de Catherine Gueberschwihr. Il est accompagné de deux élèves du conservatoire de Colmar, David Sacre, et Mado Jalinaud-Couturier. 

Diffusion en ligne sur bibliotheque.colmar.fr et sur http://www.facebook.com/ bibliotheque.colmar en direct le 18 mai à 18 h 30 et en replay à tout moment.

*

Samedi 12 juin à 14 h
« Aux origines
du monastère d’Unterlinden »
par Christine de Joux et Gérard Pfister

C’est sur le conseil de frère Walther, du couvent dominicain de Strasbourg, fondé en 1224, que deux nobles veuves de Colmar, Agnès de Hergheim et Agnès de Mittelheim, se retirent, vers 1230, avec leurs enfants, dans un faubourg, au nord-ouest de la ville, appelé Sub Tilia (« Sous le Tilleul ») dans l’intention d’y fonder un monastère et s’y assurent les services d’un chapelain.

Rejointes par d’autres veuves, elles s’installent en 1232, hors de Colmar, en un lieu-dit Ufmülin. Alors au nombre de huit, elles prennent l’habit la même année, font construire des bâtiments et un dortoir et pourvoient à la culture de leurs champs et de leurs vignes en recrutant de la main-d’œuvre.

Deux d’entre elles entreprennent un voyage à Rome pour solliciter du pape leur entrée dans l’ordre dominicain, qu’elles obtiennent en 1245. Les habitants de Colmar ayant, pour faire face aux incursions quotidiennes de bandes armées entrepris de fortifier leurs faubourgs, les sœurs quittent le site trop exposé d’Ufmülin, pour se réinstaller en 1252 à Unterlinden.

Le chœur de l’église y est consacré en 1269 par l’illustre dominicain Albert le Grand, tandis que les donations commencent à affluer. 

Christine de Joux a traduit les Vies des sœurs d’Unterliden. Écrivain et traducteur, Gérard Pfister préside l’association Eurobabel, organisatrice du prix Nathan Katz du patrimoine.

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close