2019 : Charles Fichter

Fichter 3

Charles Fichter est le quinzième Lauréat de la Bourse de traduction Nathan Katz. La Bourse de Traduction lui sera remise le 3 avril 2019 en l’auditorium de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. Sa traduction sera publiée aux Éditions Arfuyen, partenaires du Prix, en avril 2019 :

René SCHICKELE, Nous ne voulons pas mourir (Wir wollen nicht sterben). Traduit de l’allemand et présenté par Charles Fichter. Collection Les Vies imaginaires n° 3. 168 pages. ISBN 9-782-845-90284-8

Né en 1950 à Pfaffenhoffen dans le Bas-Rhin, Charles Fichter a fait ses études secondaires à Bouxwiller. Il a suivi des études universitaires de théologie protestante à Strasbourg de 1968 à 1970, puis des études universitaires d’allemand à Aix-en-Provence et Strasbourg après 1976. Il a obtenu sous la direction d’Adrien Finck un DEA consacré à René Schickele, puis l’agrégation d’allemand en 1986.

Il a enseigné l’allemand en lycée de 1980 à 2014 au lycée Jean-Monnet, puis au lycée Fustel-de-Coulanges à Strasbourg.

Il a participé  à de nombreuses revues  (Cahiers de l’Alsace Rouge, Budderflade, Land und Sproch, Cahiers du Club Peirotes, Revue des Sciences sociales de la France de l’Est) et donné de nombreuses contributions sur la littérature alsacienne du xxe siècle, en particulier René Schickele, Yvan Goll, Maxime Alexandre, Jean Arp et Nathan Katz.

Il est l’auteur de deux ouvrages sur la littérature alsacienne de la première moitié du XX° siècle : René Schickele et l’Alsace jusqu’en 1914 (Salde, 1978, et Pour une autre histoire de la littérature alsacienne au début du XXe siècle : Loin de la nostalgie et du ressentiment, éditions (bf, 2010).

Il a traduit trois ouvrages : Le roman d’un enfant, de Barbara Honigmann (avec Nicole Costantino et Françoise Doussin, bf 1999) ;  Journal de guerre, d’Ernst Stadler (bf, 2015) ; Mai. Sens et non-sens d’une révolution, d’André Weckmann (bf, 2018).

Il est l’auteur de l’introduction et de la postface du Départ (Der Aufbruch) d’Ernst Stadler, traduit par Philippe Abry (Arfuyen, 2014).

Depuis 2013,  il est fréquemment intervenu dans le cadre des lectures publiques organisées par l’association À livre ouvert/ Wie ein offenes Buch et a donné de nombreuses conférences au Centre culturel alsacien.

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close